Tous les témoignages

Stéphanie MARTIN

interview de Stéphanie MARTIN, diplômée en 2002 (Chimie industrielle - génie des procédés)

Arnaud DIARA

interview d'Arnaud DIARA, diplômé en 2014 (licence Cnam parcours GP), poursuit sa formation vers le diplôme d'ingénieur Cnam en Génie des procédés

Pascal LERMECHIN

interview de Pascal LERMECHIN, ingénieur Cnam en chimie industrielle (diplômé en 1994)

Joackim, 25 ans, en formation depuis octobre 2012 : "Avec un peu de travail, beaucoup de motivation, ce n'est pas inabordable !"

Ivan, 37 ans, ingénieur chez Veolia au Canada : "Le Cnam-GP porte les gens au-delà de leur espérance. Pour ma part, cela a été un changement radical dans la manière d'aborder mon travail et ma vision scientifique des choses. Il y a un avant et un après Cnam. Je suis très fier d'être ingénieur Cnam."

Frédéric, 36 ans, aujourd'hui responsable d'atelier chez Sanofi, avait un bac technique et était opérateur ; il passait devant le Cnam tous les jours : "Un jour, je me suis dit que je n'avais rien à perdre et je suis entré. C'est la meilleure décision que j'ai prise. J'y ai acquis une assurance et ma vie n'aurait sûrement pas été la même sans le Cnam. Mon expérience est différente de celle des ingénieurs des grandes écoles ; le terrain et les problématiques des équipes me sont familières."

Mehdi, 28 ans, ingénieur diplômé en formation entièrement à distance (sauf travaux pratiques) en 2013, chercheur marocain dans le domaine des Phosphates : "Après ma formation de 5 années passionnantes au Cnam -formation qui a largement dépassé mes attentes-, je témoigne que le diplôme du Cnam a une réelle valeur d'une part professionnelle et d'autre part humaine. Ce fut une formation vraiment motivante et très constructive sur tous les plans, qui m'a apporté une meilleure compréhension et une nouvelle vision de l'industrie chimique et de la transformation de la matière première en un produit fini qui répond aux besoins de la société. La persévérance dont on fait preuve durant ces années au Cnam est une compétence en plus. Il est aussi à souligner que la relation entre les élèves et les professeurs est nettement différente de ce que l'on peut vivre à l'université.

Je développe actuellement mes propres procédés et de nouveaux produits dans le domaine des phosphates et des engrais et je suis très satisfait et me félicite d'être le premier Marocain obtenant le diplôme d'ingénieur Cnam en Génie des Procédés et je recommande cette formation à tous ceux qui veulent améliorer de façon significative leur parcours professionnel et surtout personnel.

Vincent, 26 ans, ingénieur chez Technip : "Le Cnam a été pour moi le seul moyen d'obtenir le diplôme d'ingénieur qui va me permettre de faire évoluer ma carrière. Finalement, cette formation -qui demande beaucoup d'investissement personnel- a été très enrichissante aussi bien professionnellement qu'humainement et s'est avérée pas si insurmontable que l'image que je m'en faisais le jour de ma première inscription."